Généralement

Le nouveau champion du monde barista est Dale Harris (UK) – André Eiermann au superbe 10ème rang

Après 8 années, le titre de champion du monde barista retrouve le chemin de l‘Europe. Enfin… presque. Le britannique Dale Harris gagne avec surprise le WBC 2017 dans le haut fief du café de Séoul suivi de Miki Suzuki (JAP) et Kappu Chiu (Hong Kong) sur le podium. Le champion suisse en titre André Eiermann brille avec une présentation osée et innovante au 10ème rang et rate de 10 petits points seulement l’entrée dans le top six de la finale.

Séoul, 12 novembre,  Les World Barista Championships ont eu lieu à Seoul en Corée les quatre derniers jours. Dans le quartier de Gangnam, ainsi que dans le reste de la métropole, tous les cœurs de café s’étonnent des très nombreux coffee shops équipés uniquement du meilleur matériel. Dans le cadre de la Coffee Show au COEX Center des milliers de passionnés du café se sont réunis et ont assuré une superbe ambiance pendant la durée des championnats. La Corée connait depuis très longtemps autre chose que le seul Kimchi et on ne peut que s’étonner de l’extraordinaire qualité des cafés servis dans les tasses.

Le niveau des championnats du monde s’est encore une fois accru depuis l’année précédente. On attendait avec impatience l’évolution du format lié au nouveau mode de compétition et la libre mise en place sur la scène. Finalement la majorité des baristas a cependant privilégié un setting plutôt classique. Par contre, il est à noter que le nouveau champion du monde barista s’est appuyé sur un setting sur scène très osé et innovant et a ainsi pu faire vivre une expérience d’un nouveau genre au jury.

Si Stephen Leighton – aka the Voice of WBC – est le visage et le pilier de Hasbean, alors Dale Harris est ses mains. Le britannique participe déjà depuis de nombreuses années aux championnats mais n’avait jamais réussi à percer jusqu’à ce jour. Cette fois ça a marché et avec un SL-28 de El Salvador il a su accéder au sommet du podium avec un exposé passionnant sur la chimie gustative de son café.

La Swiss SCA salue chaleureusement le vainqueur.

 

Le meilleur rang suisse égalisé

Manquant de très près la finale avec son 10ème rang, le champion suisse André Eiermann s’est fait connaître par un show explosif. Premier barista à oser l’expérience de la torréfaction sur scène, il a su étonner tous les experts et compétiteurs. André a investi énormément pour ces championnats du monde et a passé cinq mois à s‘entraîner à Tokyo. Effectivement, son employeur UCC lui a permis de s’entrainer à plein temps et ainsi d’améliorer ses compétences de barista de manière impressionnante. Entre autre avec l’appui de l’ex-champion du monde Hidenori Izaki, il a extrait pendant jusqu’à 20 heures par jour des hectolitres de café. Le tour de force s’est avéré payant. Au 2ème rang des éliminatoires, il n’a raté que de 10 petits points l’accès à la finale. Ainsi il rejoint le sommet des meilleurs baristas mondiaux et le meilleur rang jamais atteint par un barista suisse à égalité avec Philipp Schalberger (alors Meier) à Vienne en 2012.

 

Innovation et perfection : gaz et glace

Avec l’aide d’un émulsionneur de crème fraiche et de cartouches d’azote, André a développé une méthode lui permettant de modifier grandement les arômes de son café. L’azote utilisé afin d’éliminer les dioxides de carbone générés lors de la torréfaction et ainsi d’assurer une meilleure extraction plus homogène. Cela lui a permis de torréfier directement sur scène le café pour son signature drink. Ce sont ce genre d’innovations qui influencent et font évoluer la préparation du café ! Par ailleurs, cette année à plusieurs reprises les compétiteurs ont refroidi le café à des températures oscillant entre -140 et -196°C à l’aide de neige carbonique ou d’azote liquide. En effet, une étude de l’année passée (Nature) avait démontré que cela permettait une meilleure harmonisation de la taille des particules moulues et rendait ainsi une meilleure extraction possible.

 

Showdown en finale : Dale Harris deviant le nouveau champion du monde barista

Les finalistes étaient Hugh Kelly (AUS), Miki Suzuki (JAP), Kappu Chi (HK), Kyle Ramage (USA), Ben Put (CAN) et Dale Harris (UK). Le niveau et la précision étaient extraordinaires. Pas un tour de main n‘était laissé au hasard. Chaque année l’effort et la créativité augmentent. De plus en plus difficile de pouvoir percer dans ces conditions. En termes de sélection de café peu de surprises – cinq des six cafés finalistes étaient des Geishas, uniquement le champion du monde a eu le courage de se présenter avec un SL-28 de El Salvador.

Et avec raison, tel que visible au palmarès. Le ranking en a surpris plus d’un et dans le pays d’origine du vainqueur on aurait certainement pu faire affaire dans un bureau de paris. Un superbe show fluide, propre, sans fioritures et délivré en tant que dernier compétiteur en lice.

 

World Barista Championship 2017

  1. Dale Harris (UK)
  2. Miki Suzuki (JP)
  3. Kappo Chiu (HK)
  4. Ben Put (CAN)
  5. Hugh Kelly (AUS)
  6. Kyle Ramage (USA)

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X